Outre le fait de constituer un élément de décoration d’une pièce et de par la chaleur qu’il diffuse, le poêle à bois procure du bien-être et du confort pendant la période hivernale. Ce mode de chauffage pratique, écologique et économique est de plus en plus utilisé dans les foyers et trouve même sa place dans les maisons neuves. Cependant, l’entretien du poêle à bois est soumis à une réglementation afin d’éviter des risques de santé et d’incendie. Pourquoi faut-il le ramoner ?

Ramonage : principe

Pour le bon fonctionnement de votre poêle à bois, il est essentiel de procéder à son ramonage pour désencrasser le conduit et optimiser ainsi son fonctionnement et sa durée de vie. Le ramonage se fait à l’aide d’un hérisson que l’on fait passer dans le conduit pour éliminer les dépôts qui risquent de le boucher et de causer des dysfonctionnements ou provoquer des accidents. En procédant à un ramonage régulier, le tirage du conduit d’évacuation est maximisé et permet de réduire la consommation de bûches et la pollution due aux fumées.

Réglementation du ramonage de poêle à bois

Selon l’article 31 du Règlement Sanitaire Départemental Type que l’on peut consulter dans les mairies, il est obligatoire de ramoner le poêle à bois. L’opération est à confier à un professionnel certifié par l’Organisme Professionnel de Qualification et de Certification du Bâtiment. Le professionnel est tenu de vous remettre un certificat attestant la réalisation du ramonage de votre poêle à bois et en cas de sinistre, la compagnie d’assurance peut exiger ce document.

Le non-respect de la réglementation

En contrevenant à l’obligation de procéder au ramonage de votre poêle à bois, vous risquez d’être sanctionné par une contravention de 3ème catégorie dont le montant peut atteindre les 450 €. D’autre part, votre compagnie d’assurance peut réduire les indemnisations ou refuser la prise en charge des dommages en cas d’incendie dont la cause est un mauvais entretien de votre poêle à bois. Au vu de ces préjudices financiers qui vous attendent en ne respectant pas la réglementation, il est important de ramoner votre poêle à bois afin d’assurer son bon fonctionnement.

À quelle fréquence doit-on ramoner le poêle à bois ?

La réglementation impose de procéder au ramonage du poêle à bois deux fois par an. Le premier doit se faire durant la période de chauffe qui se situe entre les mois de novembre et mars. Vous êtes libre de choisir le moment de faire le deuxième ramonage, mais il est préférable de le faire en dehors de la période de chauffe donc soit au printemps ou en été. Mais pour votre sécurité et celle de votre famille ainsi que celle de votre logement, il est conseillé de le faire plus souvent afin de conserver ses performances de chauffage.

Ramoner le poêle à bois pour prévenir les risques d’incendie

En premier lieu, le ramonage du poêle à bois est une obligation légale à respecter par tous les utilisateurs de ce type de chauffage. Il est indispensable de sécuriser votre mode de chauffage en procédant régulièrement à son ramonage afin de réduire les risques d’incendie que peuvent causer les résidus de combustion, de cendre, de suie et de dépôts logés dans le conduit d’évacuation. En effet, lors de la période de chauffe, ces résidus s’incrustent le long du conduit et peuvent embraser celui-ci. Le risque d’incendie est alors élevé si votre poêle à bois est mal entretenu.

Ramoner le poêle à bois pour préserver la santé des occupants

Le ramonage vise également à préserver les utilisateurs des intoxications au monoxyde de carbone. En effet, cet entretien permet d’optimiser le tirage du conduit d’évacuation empêchant ainsi d’enfumer le logement et le rejet de particules dans l’atmosphère. Votre confort et votre santé ainsi que ceux de votre famille sont ainsi préservés. En outre, vous évitez les sanctions liées au non-respect de l’obligation de ramoner votre poêle à bois.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.